Thalès ZOKENE / CONGO – BRAZZAVILLE

En treize ans de vie artistique (beaucoup théâtrale), trois ans que je suis officiellement actif aux ATELIERS SAHM, j’ai pu faire mon premier voyage international dans l’art en Afrique de l’Ouest à Dakar. Deux ans que je participe à la RIAC, me voilà gagner un séjour en Europe en France grâce à ce prix qui m’est décerné. Beaucoup l’aurait mérité, je ne suis donc pas le meilleur, s’ajoute à ça des rencontres magnifiques des gens extraordinaires dont la va- leur de leur amour dans l’art est incommensurablement inchiffrable. Des artistes d’Afrique, des artistes du monde. Merci pour tout à celle que j’appelle « LEADER » Bill KOUELANY pour tout : d’avoir l’idée de création du centre (car hier, comédien vivait loin du peintre, le slameur ne connaissait pas le critique d’art, le danseur n’en parlant pas. La performance était une utopie), de la confiance que tu m’accordée, du prix décerné (qui me marquera encore pour ma carrière artistique).
Merci aussi à ton équipe, des gens bien qui sans elle, la RIAC serait une goutte d’eau dans un seau d’eau. Merci au choix des formations et des formateurs. Merci enfin à nous jeunes de prendre conscience que, c’est, à nous de prendre en main ce destin que LEADER vient de nous léguer. Car, LES ATELIERS SAHM sont un concept qui doit être le porte bonheur d’un avenir artistique meilleur. Cette synergie commence quand la RIAC termine. Longue vie à la RIAC, longue vie auxATELIERS SAHM Mer-sea. MIDDLE GO YES YOU ARE. On garde les rancunes.


Ange KAYIFA / CAMEROUN

J’étais dans l’atelier performance notre encadreur était Virginie LAVENANT. Son atelier avec elle étaient si enrichissant et m’a apporté un plus même dans ma vie personnelle. La RIAC a permis que je montre mon travail à  l’international. Auparavant je ne l’avais jamais fait. C’était ma toute première résidence hors du Cameroun. J’ai dû rentrer dans les profondeurs de mon corps pour réussir à le faire parler. La RIAC m’a permis de rencontrer des gens et artistes talentueux qui ont marqué un chapitre de ma vie. Merci à Romuald DIKOUME qui m’a mise sur le chemin de Bill KOUELANY, merci aussi à Moïse TOGO, Alégra, Thalès, Benic, Joël, Sardoine, Gloire, Rodney, Ange PEMO, Meyrèse qui m’ont aidé pour la réalisation de mes différents projets. Merci à Morel DONOU et Moïse TOGO et Alashe MONSURU pour les images. Un grand merci à cette chaleureuse dame Bill KOUELANY sans qui LES ATELIERS SAHM n’existeraient pas. Coup de chapeau pour tout ce qu’elle fait pour les jeunes artistes nationaux et internationaux, car elle nous donne la possibilité de croire en nous et de briser tout stéréotype. Merci aux ATELIERS SAHM et à Bill pour le prix international en performance qui m’a été décerné .


Willy DJAHA / COTE D’IVOIRE

La RIAC était ma première sortie et résidence internationale. Grâce à elle, j’ai obtenu mon premier prix international. Cela n’a pas été facile avant que j’arrive à la RIAC, comme je le dis toujours aux autres : l’œuvre n’est rien sans l’histoire qui l’entoure, cette souffrance que tu as enduré afin d’être là où Dieu voulait que tu sois. Je pense que la RIAC est l’endroit où je devais être pour voir l’utilité réelle de mon art, son importance aux yeux des autres et aussi voir à quel point je suis important pour beaucoup. Cette rencontre de nouveaux visages, de nouveaux dialectes, de connexions et vibrations étrangères m’ont permis de bonifier davantage. Je pense que Bill KOUELANY est cette personne même qu’il me fallait pour extérioriser mon être. Je suis fier d’elle et je loue son courage. La RIAC 2018 m’a donné des amis et connaissances qui resteront gravés dans ma mémoire et je crois que cette RIAC vivra longtemps dans les mémoires et cœurs des participants.


 

Romuald DIKOUME / CAMEROUN

La Rencontre Internationale de l’Art Contemporain est pour moi une plate-forme d’échange et de rencontre. C’est une initiative louable qui vise à accompagner la création artistique africaine et du monde en général. C’est ma deuxième fois de participer à la RIAC et toutes les deux années ont été fantastiques. On était une famille et on avait l’impression de se connaitre avec les participants et le Staff des ATE- LIERS SAHM depuis très longtemps; à aucun moment moi personnellement je me suis senti dépaysé, au contraire j’étais comme un enfant des ATELIERS SAHM. Chacun laissait ses égaux pour se mettre au service de l’autre. La bouffe était super bonne. Notre gouvernante, maman Lili était toujours prompte à nous satisfaire malgré les interdits alimentaires, chacun faisait son possible pour régulariser la situation comme Meyrèse, Kevin, Aimé, Fredda, Chris, Thalès et Van et surtout la directrice qui nous conseillait, se mettait à notre place. Je n’ai aucun regret de venir aux ATELIERS SAHM car la RIAC est une expérience que j’aimerais refaire à tout moment. C’est pour cela je dis merci à la confiance, merci à l’initiative. Grand merci aux ATELIERS SAHM et à Bill KOUELANY.


Arlie THYSTERE / CONGO – BRAZZAVILLE

Ce fut ma première participation à la RIAC et ma toute première fois de participer à un tel événement bien que vilipendé par la douleur et la maladie j’ai eu à apprendre des choses qui vont certainement m’aider dans mon parcours sur la terre. Je sentais le besoin de me découvrir et la RIAC m’a permis de me voir autrement c’est pourquoi il est judicieux pour moi de dire merci à Bill KOUELANY qui sans elle l’événement n’aurait pas eu lieu et aussi à toute son équipe car l’événement a été une réussite, un mo- ment de partage inoubliable.


Anastasie LANGU / CONGO – KINSHASA

La RIAC fut ma première résidence à l’étranger. Une belle aventure qui m’a permise de voir beaucoup de potentiels que j’avais en moi pour les explorer. Un grand merci aux ATELIERS SAHM, Bill et aux partenaires particulièrement à l’hôtel PEFACO MAYA-MAYA. Pendant la résidence et le workshop avec Wilfried NAKEU ce fut un mo- ment de partage des connaissances entre les uns et les autres. J’ai beaucoup appris des choses qui complètent mon art et me serviront durant toute ma carrière. Un grand merci à Moïse TOGO qui m’a apporté beaucoup d’aide dans notre atelier vidéo/photo car ma toute première vidéo expérimentale a été réussie et a été réalisée grâce à lui. Pour cela merci aux ATELIERS SAHM. Avant, mon inspiration était coincé mais la résidence m’a permis de le débloquer et aussi merci à Gabriella BADJECK avec qui nous avons collaboré. Merci à mon critique Hassan NJOYA pour ses textes. Merci aussi à tous les participants de la RIAC.


Peter KOMONDUA / CONGO – KINSHASA

BILL, depuis qu’on s’est loupé avec toi la dernière fois à Kin, j’attendais un peu que la fièvre de la RIAC passe pour enfin revenir vers toi. Je voulais juste dire je suis ébloui d’admiration pour toi. Au premier con- tact dans mon préjugé à moi je te croyais réservée mais j’ai fini par dé- couvrir un grand cœur, ce coeur qui est tien au-delà de l’apparence. J’ai trouvé un autre chez moi aux ATELIERS SAHM, un peu comme une terre promise quoi. Tout au long de mon séjour, c’est toi que j’ai le plus observé. Vraiment félicitations pour ton travail et ton engagement au profit de l’art. Si je suis le plus chanceux, mon souhait serait de me rapprocher un peu plus de toi, bénéficier de ton expérience pour mener le même combat ici au Congo de Franco. Que le ciel te protège et t’accorde longue vie.

À très bientôt !


 

Abdias NGATEU / CAMEROUN

Je commence tout d’abord à remercier LES ATELIERS SAHM, ensuite Bill KOUELANY et enfin tous les partenaires qui nous ont soutenu pendant la préparation et le déroulement de cette 7ème édition de la RIAC. Ce fut un énorme plaisir pour moi de prendre part à cette édition. J’ai été très ému du rapport fraternel des artistes venus d’horizons divers. Surtout de cet échange culturel « que nous avons eu. Tout simplement, un merci à Bill et à toute l’équipe (encadreurs… etc) de la RIAC qui ont bossé dur afin de rendre cette édition magique…

j’espère qu’on (artistes et membres de la RIAC) se reverra très prochainement, afin d’échanger culturellement.


Ibrahim BALLO / MALI

Un grand merci aux ATELIERS SAHM, particulièrement à Bill KOUE- LANY pour son effort à l’égard des jeunes africains qui ont des rêves artistiques, c’est-à-dire dans le domaine de l’art. Que Dieu la garde longtemps afin qu’elle atteigne ses objectifs.

Egalement merci aux encadreurs et à tous les participants à cette édition.. Une édition riche en partage. Donner et recevoir, plein d’expériences. Un autre coup de pouce de progrès dans ma carrière artistique après le prix de l’année passée. Merci cordialement à tous et à bientôt.


Do NSOSSEME / CONGO – KINSHASA

La RIAC a été pour moi une belle aventure. J ‘ai déjà pris part à des résidences artistiques, mais c’était ma première résidence en compagnie d’artistes venus d’un peu partout de l’Afrique et d’autres pays du monde. Bravo aux ATELIERS SAHM qui ont réunis, grâce à la RIAC, tant d’artistes. Je me suis découverte capable d’écrire un texte de critique.

En réalité, j’étais au départ plus motivée par l’atelier Photo/Vidéo et performance. Mais Bill m’a conseillé de participer à l’atelier Critique et je suis bien contente qu’elle l’ai faite.

Alexia et Job ont su nous transmettre le langage critique du mieux qu’ils ont pu. Avec les autres participants de l’Atelier Critique d’Art, nous avons partagé plus que notre passion pour la littérature, la lecture. Je suis rentrée à Kin avec beaucoup de livres en PDF

Merci à Monroyal et Fresnel. J ‘ai rencontré des artistes talentueux avec qui j’espère travailler dans l’avenir, beaucoup d’artistes m’ont étonné avec leurs univers particuliers. La RIAC, est vraiment une famille. Il y a des jours où ça allait et d’autres pas. Je ne me suis jamais sentie seule. Merci à toutes et à tous.

Merci à Prisca, Wilfried, Morel, Alashé avec qui j’ai partagé des bons moments à manger le manioc et le poulet, . Merci à ma camarade de chambre: Chaïma avec qui on a partagé les bons et les mauvais moments, c’était l’opportunité pour moi cette RIAC, de voir ma famille s’agrandir. A tous les Brazzavillois, merci.. Il y a quelques an- nées, je ne voulais pas mettre pieds à Brazza, à cause des divergences politiques entre nos deux pays, mais vrai- ment après ce voyage, j’ai hâte de vous revoir et de bosser avec vous.


HAMM/ CONGO – BRAZZAVILLE

On se découvre mieux dans le regard de l’autre, c’est ça l’idée de la rencontre. J’ai appris de tous le monde avec qui j’ai échanger, on a eu la chance d’avoir un grand maitre Mr Soly Cissé, c’était une chance pour moi, j’ai aimé cette 8ème édition car humainement et professionnellement c’était une superbe organisation avec des idées innovatrices telles les badges. Merci aux ATELIERS SAHM particulièrement à Bill, merci à tout le monde.


MOREL DONOU/ SÉNÉGALE 

La RIAC 8 a été pour moi une expérience aussi enrichissante que celle de l’édition 7. J’étais très ravi de rejoindre à nouveau la famille artistique des ATELIERS SAHM où il est très facile de s’intégrer, d’apprendre et de partager. J’en ressors encore très grandi cette année et c’est à coup sûr une influence qui marquera désormais tout ce que je fais. La cause noble défendue par LES ATELIERS SAHM  en la personne de Bill KOUÉLANY est une flamme que chacun de nous porte désormais et qui doit se partager au delà des frontières géographiques de cette structure, car l’art contemporain africain est aujourd’hui plus que jamais une arme puissante qui se construit par les efforts de chacun de nous pour redonner à notre continent sa place de leader et d’acteur autonome.


Gabriella BADJECK / CAMEROUN

Pour moi, la RIAC a été une très belle expérience. J’ai vu une maman Bill KOUELANY qui se bat comme un diable pour créer une génération d’artiste. Et vraiment chapeaux bas! Bill, je souhaite devenir comme toi un jour. Merci pour toutes les belles rencontres. Merci d’avoir partagé avec vous mes fragilités et d’avoir partagé avec vous vos fragilités et vos forces. Merci aux ATELIERS SAHM et à la RIAC, j’espère qu’on se retrouvera bientôt.


 

PIERRE – MAN’S / CONGO – FRANCE

Comme toutes les éditions précédentes, la RIAC est toujours fructueuse d’expérience, d’épanouissement et de dépassement. Au sortir de ma résidence d’artiste dans le workshop de Myriam MIHINDOU quelques semaines avant la RIAC en OUGANDA, il faut dire que je suis rentrée au Congo pleine d’énergies et de certitudes concernant l’acte de performer, concernant les aptitudes et les prédispositions de mon corps. L’apport de Virginie et sa participation à l’élaboration de mes projets ont été d’une grande importance. Ses nombreux exercices de relaxation et de prise de parole ont certainement joué sur la manière dont je pouvais m’affirmer sur scène, devant le public : certains des spectateurs me côtoyant depuis des années m’ont dit que je suis une toute autre personne sur scène. Dans tous les cas, il faut bien de cette différence pour immerger dans mon univers.

Jusqu’ici, performer a été surement ma plus belle expérience artistique au même titre que la photographie car ce que la photographie ne peut m’apporter, la performance l’apporte : ces deux médiums se complètent entre eux, ils se complètent à moi. C’est dans cette même optique que j’affirme que je détiens un corps-esprit, un corps-photo et un corps-performatif.

2018 est « L’année où tout s’est révélé, l’année où mon corps a pris un autre élan, l’année où j’ai su que je ne vi- vrai que de performances quotidiennement ou dans le cadre d’une Rencontre Artistique : mon corps désire cet acte de performer continuellement et mon âme obéit ».


Job IKAMA / CONGO – FRANCE

Je tenais à te remercier pour cette énième opportunité qu’elle m’as donnée de progresser professionnellement. Et aussi humainement – au vu des épreuves que j’ai dû affronter durant la RIAC. J’en suis revenue avec beaucoup plus de détermination. Et elle sais qu’elle peut compter sur mon honnêteté pour toujours témoigner, dans tout ce qui sera signé de ma main, de l’immense travail que tu fais à travers l’institution que tu as su fonder.

Comme je suis certain que tu sais que dire que suis fier d’être contemporain de Bill Kouélany est de l’ordre de la conviction profonde.

A cette autre mère que l’art a mis sur mon chemin, J.O.I.